You are fake news!

Depuis le résultat des élections américaines, j’ai ouvert les yeux sur un phénomène, non pas nouveau dans le fond, mais bien sur la forme. Internet a facilité à tous l’accès à la publication, et si par le passé les discours xénophobes étaient relégués aux salles obscures et aux commentaires des journaux populaires, il semble aujourd’hui que ces discours se propagent de plus en plus sur les médias principaux.

Et s’il était facile de reconnaitre un discours populiste sans fondement, le style d’écriture de ces textes a de plus en plus évolué. Le ton agressif et mal construit de ces discours a été remplacé par un discours calme et empreint d’arguments d’autorités masqué sous le ton de faits avérés, prouvés, vérifiés. Mais si ces arguments sont appuyés par des faits prouvés par des sources, ces dernières ne sont pas pour autant véridiques. Quand bien même ces sources seraient vérifiables et vérifiées, l’argument d’autorité repose alors sur le lien de cause à effet.

Dans les années 80 et 90 (ndla: et même plus tôt, mais je n’étais pas né), il n’était pas rare de recevoir un prospectus dans sa boite aux lettres nous démontrant par A + B que puisqu’il y avait un taux de criminalité de 20% à Bruxelles et qu’il y avait une population maghrébine de 20% également, eh bien tous les maghrébins étaient des criminels. Ce sont ces mêmes règles de syllogismes qui nous permettent de construire le paradoxe du fromage : Dans l’Emmental, il y a des trous, plus il y a d’Emmental, plus il y a de trous, plus il y a de trou, moins il y a d’Emmental, donc plus il y a d’Emmental, moins il y a d’Emmental.

De nos jours, ces sophismes sont beaucoup mieux construits, et utilisent le ton du fait avéré et prouvé pour convaincre. “Une étude du gouvernement suédois a permis de démontrer que les migrants musulmans perpétraient 5.5x plus de viols que les natifs. C’est dû aux différences de culture et à la religion. L’Europe ne doit pas accepter cette violence et doit arrêter les migrations.” La citation précédente est issue d’une discussion entre individus. L’un deux sort un argument d’autorité sous le ton de faits avérés, citant le gouvernement suédois. Dans la suite de la discussion, des gens plus raisonnables tombent dans le panneau et commencent à remettre en cause leur propre jugement.

Depuis la semaine dernière, nous assistons à l’incroyable aventure d’un groupe d’hommes qui sont maintenant à la tête d’un des plus puissants pays du monde et commencent à institutionnaliser le mensonge. Ces personnes ont “inventé” le concept du “Alternate fact”. Quand la vérité est trop compliquée à plier, il suffit de la remplacer par une autre “vérité”, plus appropriée, plus intéressante. Dans le roman 1984 de George Orwell, les faits alternatifs sont aussi institutionnalisés, sous la forme d’un institut officiel de l’information. Toute autre information est fausse. Tout droit sorti de ce roman, ces nouveaux leaders nous assènent de “You are fake news!”. Argument suprême d’autorité, puisque je l’ai dit, c’est que c’est vrai. C’est comme la pluie, elle ne me mouille pas. Ce président aurait-il pris des cours auprès de Chuck Norris ?

Dictature : On a réussi à mettre des mots sur des idées, mais on n’a pas réussi à faire comprendre aux gens ce qu’étaient ces idées. De nos jours, la plupart des gens savent ce qu’est la définition d’une dictature, mais personne ne se rends compte que dans les faits nous vivons dans une nouvelle aire remplie de nouvelles dictatures modernes. Peut-être que nous avons trop simplifié le concept. La plupart des gens qui sont soumis à une dictature ne s’en rende pas forcément compte. Mettre en place une dictature s’apparente fortement au théorème de la grenouille dans l’eau bouillante. Si on plonge la grenouille dans l’eau bouillante, elle réagira, tandis que si l’on augmente la température au fur et à mesure, celle-ci se laissera cuire.

Je n’ai pas assez de culture historique ni de connaissances sociologiques pour pouvoir vous expliquer quel est la marche à suivre. Je suis moi-même quelqu’un plutôt dirigé vers son instinct plutôt qu’un “fact-checker”. Cependant, j’ai eu la chance d’avoir une éducation orientée vers le bon sens, le partage, l’ouverture vers les autres, quelques soit leurs origines, leurs religions, leurs préférences ou leurs qualités et défauts, la tolérance. Je ne peux donc pas prétendre pouvoir vous donner toutes les clefs pour comprendre l’époque que nous traversions, ni de pouvoir vous conseiller sur l’attitude à adopter de nos jours face à ce genre de comportement. Ce que je prétends, par contre, pouvoir vous dire c’est que la science et le bon sens finissent généralement (ou sur du long terme, toujours) par l’emporter.

Que vous soyez athée, chrétien, musulman, juif, bouddhiste, antéchrist, pastafariste ou juriste, il y a cependant une attitude du petit Jésus qui peut vous aider : Souriez, tendez la joue gauche et aimez les autres, tous les autres, même ceux qui sont remplis de haine. C’est peut-être par manque d’amour et de considération qu’ils sont malheureux. Ecoutez-les, soyez patient, compréhensifs, n’essayez pas de leur faire changer d’idées. Aidez-les juste à vérifier leurs sources, à être circonspect sur les informations qu’on leur donne. Tout le monde est capable d’arriver au même niveau intellectuel. Cela prend juste plus de temps et demande plus de patience pour certains.

Et si je vous dis aujourd’hui d’être patient, je ne vous demande pas de laisser faire, d’être indifférent, d’accepter tout ce qui se passe. Et comme dirait M. Barack : “Don’t boo, vote!” (https://www.youtube.com/watch?v=e4covYih5hc). Les balles des fusils ne se feront pas arrêter par les likes de Facebook. Eduquez, lisez, surveillez, rappelez, tolérez, aimez, écoutez, réagissez, défendez, protégez.

“Vous allez finir par vous aimer les uns les autres, bordel de merde !” (https://www.youtube.com/watch?v=H4hM65tciFw)

Peace,

JC Out

 

Jean-Christophe Cuvelier

Creative Mind, Digital Development Strategist, and Web & Marketing Technologies Consultant in Brussels, Belgium

No Comments

Leave a Comment

Leave a Reply